Logo_OSB

Paris-Moscou. 3 questions à Fabien Bollich

Chaque saison, un musicien de l'Orchestre Symphonique de Bretagne vient à la rencontre du public scolaire quelques jours avant une représentation au Vieux Couvent à Muzillac.

Comment s’est déroulée cette journée de rencontre avec les enfants ? De quoi avez-vous parlé ?

Cette journée de rencontre s’est bien passée, les classes étaient très bien préparées, avec des questions pertinentes. C’était un moment très agréable, de partage. Nous avons parlé du métier de musicien d’orchestre, de mon instrument (trompette), des difficultés liées à celui-ci, de l’exigence nécessaire pour pouvoir l’exercer de manière professionnelle. Nous avons également évoqué les études nécessaires, les différents concours et voix possibles (orchestre, enseignement...).

Une phrase a particulièrement retenu l’attention : « Ce n’est pas moi qui ai choisi la trompette, c’est elle qui m’a choisi » , peux-tu nous en dire plus ?

Lorsque je suis arrivé dans mon harmonie de village pour commencer la musique, je voulais faire du tambour mais comme il y avait déjà beaucoup de jeunes qui en faisaient, le chef de l’harmonie m’a dit que j’avais le choix entre trompette ou clarinette. À cette époque, pour moi, la clarinette “c’était pour les filles” et donc j’ai pris la trompette. Je suis tombé amoureux de cet instrument grâce à ce chef de l’harmonie qui était trompettiste professionnel dans un orchestre en Belgique. Et à chaque fois qu’il jouait, j’avais “des étoiles plein les yeux” et je voulais faire la même chose. C’est pourquoi je dis que “c’est la trompette qui m’a choisi”.

Quels morceaux as-tu joué et pourquoi ?

J’ai joué le premier mouvement du Concerto de Haydn car je pense que c’est le plus célèbre concerto classique, rendu populaire par Maurice André. Le solo du Boléro de Ravel pour pouvoir faire entendre les différents jeux de sourdines et le Carnaval de Venise pour leur faire entendre la dextérité que la trompette pouvait avoir.

Le rencontre a fait l'objet de plusieurs articles dans la presse locale. Vous pouvez consulter ceux du Télégramme et des Infos du Pays Gallo.

Crédits photos : Le Télégramme et Les Infos du Pays Gallo