Logo_OSB

Plouër-sur-Rance. Un « mini Black Bohemia » au Collège du Val de Rance

Depuis septembre 2018, les 3ème E travaillent avec Guillaume Saint-James sur la question de la commémoration de la Grande Guerre. Chaque mois, le compositeur est intervenu au sein de la classe dans l’objectif de créer un spectacle musical interdisciplinaire. Les enseignants d’éducation musicale, de français, d’arts plastiques et d’histoire-géographie ont été mobilisés toute l’année. S’appuyant sur les thématiques de Black Bohemia, les élèves ont retracé l’arrivée du jazz en Europe. Mêlant récitations, chants, morceaux instrumentaux, dialogues en anglais, français et allemand, ce concert de restitution était très réussi. Très impliqués, les élèves sont allés faire des recherches dans leurs archives familiales et ont emprunté un uniforme de soldat d’époque pour la représentation. Lors du spectacle, un des élèves a lu une lettre du front d'un de ses ancêtres. C’était un moment très émouvant. L’Orchestre Symphonique de Bretagne remercie vivement les élèves pour leur investissement. Un grand merci également à Fabienne Morin (enseignante d'éducation musicale) et l'équipe enseignante ainsi que Marie-Pierre Jalras (cheffe d'établissement) pour leur enthousiasme et leur disponibilité. Cette résidence a été soutenue par la DRAC Bretagne (Ministère de la Culture) et le Département des Côtes d'Armor.

"J’ai aimé faire ce projet car j’aime beaucoup la musique. Il m’a enrichi au niveau culturel et aussi au niveau musical. Guillaume a été très sympa avec nous, toujours à l’écoute de ce qu’on a dire. Si c’était à refaire je le referai." Lou

"Au départ, je n'accrochais pas trop. Je ne m’étais pas encore initié au jazz, je n’avais pas encore découvert la chose. Au fur et à mesure, j’ai commencé à apprécier. Ce soir, c’était bien. J’ai beaucoup aimé jouer de la guitare, c’est ce qui me plait le plus." Arthur

"J’ai dirigé le "mini Black Bohemia". J’étais fier des instrumentistes. Pendant la représentation, on était tous lié comme une troupe. Après, qu’il y ait des erreurs cela m’importe peu : cela fait partie du spectacle. Il y avait vraiment une tension. C’était parfois émouvant avec la lettre d’Arthur. J’étais tout de suite emballé par le projet, car j’ai des parents dans le jazz. Je connaissais le travail de Guillaume Saint-James." Nino

"Au début, je trouvais le projet pas très intéressant. J’avais peur que cela prenne trop de place sur le programme. Mais plus on avançait, plus je trouvais qu’on rentrait dans le sujet et que ça ressemblait vraiment à quelque chose. Jusqu’à hier soir je n’étais pas trop confiant sur ce qui allait arriver. Puis aujourd’hui lors des répétitions j’ai trouvé que cela s’est bien passé. Je suis content du résultat. " Mathéo

"Le projet nous a aidé à apprendre des choses, se donner du temps et s’écouter les uns les autres. J’ai bien aimé la thématique." Gwezheneg (en photo à droite)

Lors du spectacle, un des élèves a lu une lettre du front d'un de ses ancêtres.