Logo_OSB

Aurélien Azan Zielinski

( - )

Le chef Aurélien Azan Zielinski peut s’enorgueillir d’un parcours brillant et d’une notoriété en plein essor depuis 2012, année où il fut lauréat du concours « Talents Chefs d’Orchestre » de l’Adami. Depuis cette date, son talent, sa disponibilité, son charisme l’ont amené à diriger l’Orchestre National d’Ile-de-France, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre des Pays de Savoie, l’Orchestre de Cannes PACA, l’Orchestre de Normandie, l’Orchestre symphonique de Nancy, l’Orchestre de chambre de Lausanne … pour des projets symphoniques, lyriques, chorégraphiques, pédagogiques.

Il est, depuis 2015, chef associé à l’Orchestre Symphonique de Bretagne.

Ce parcours n’a rien d’étonnant lorsque l’on connaît l’éclectisme d’Aurélien qui est la naturelle résultante de son goût d’entreprendre et de son engagement passionné pour son métier. Chaque nouvelle expérience musicale, qu’il vit pleinement avec chaque orchestre, enrichit son bagage artistique : il exprime ses qualités dans des domaines musicaux variés, souvent originaux, même si le grand répertoire a évidemment sa prédilection.

C’est ainsi qu’il a créé en 2016, à l’Opéra de Rennes, Cabaret Interdit avec l’Orchestre de Bretagne et la compagnie « Le diable en personne ». En 2014, Aurélien Azan Zielinski a été choisi pour diriger le concert exceptionnel des 10 ans de l‘Union des Compositeurs de Musique de Film au Grand Rex de Paris en 2014 où étaient présents plusieurs stars françaises de la musique de film (Jean-Michel Bernard, Claude Bolling, Vladimir Cosma, Francis Lai, Jean-Claude Petit, …). Son expérience de la publicité, du court ou du long métrage lui ayant permis de participer à plusieurs enregistrements de musiques liées à l’image, Aurélien excelle dans la direction de ciné-concerts où il fait en sorte que le film suive la musique comme s’il était un soliste. Il propose aussi une direction d’orchestre pour un BD-concert, unique en son genre, qui illustre en bande dessinée des œuvres symphoniques du grand répertoire.

L’opéra occupe aussi une place préférentielle dans le répertoire qu’Aurélien aime diriger depuis qu’à 22 ans il fut assistant d’Emmanuel Krivine à l’Opéra de Lyon pour Faust de Gounod. Les liens extrêmement forts qui lient la dramaturgie, le parcours psychologique des personnages, le tissu orchestral et les lignes mélodiques des chanteurs l’ont immédiatement fasciné.
Ses productions récentes à l’Opéra de Metz avec Le journal d’Anne Frank de Grigori Frid (création en français) et à Lausanne avec The Turn of the screw de Benjamin Britten lui ont permis, avec des metteurs en scène (Sonia Masson et Armand Deladoëy) qui partageaient sa vision, de “situer les chanteurs dans le temps long de l’œuvre, dans sa globalité pour faire vivre les personnages à chaque instant, et faire travailler les musiciens de l’orchestre en conséquence afin que soit trouvé en permanence l’équilibre entre l’image sonore de l’instant et son développement dans le temps”.

La direction de ballets répond aussi à un goût particulièrement affirmé chez Aurélien : ayant, enfant, pratiqué la danse classique, sa direction dans ce domaine artistique est imprégnée de cette notion « d’élan musical et d’élan chorégraphique » où le geste du chef d’orchestre doit épouser la dynamique de la danse pour transmettre aux musiciens la sensation de suspension ou de pesanteur.
C’est dans cet esprit, en totale connivence avec les deux chorégraphes, qu’il y a peu, il a dirigé le ballet national de Lorraine pour Relâche repris par Petter Jacobson (créée en 1924 par Jean Börlin, Francis Picabia et Erik Satie pour les Ballets Suédois de Rolf de Maré, cette oeuvre n’avait jamais été reprise), Corps de ballet de Noé Soulier, la Symphonie fantastique de Berlioz (chorégraphe Itamar Serusi) et Hoketus d’Andriessen (chorégraphie d’Alban Richard).

Aurélien Azan Zielinski est également un chef découvreur qui aime faire la part belle à la création de pièces de compositeurs actuels (Gilbert Amy, Jérôme Combier, Julien Dassié, Aram Hovannyssian, Liza Lim, Hector Parra, et, il y a peu, Baptiste Trotignon et son concerto pour piano « Different Spaces » avec le soliste Nicholas Angelich).
Comme solistes, Aurélien a d’ailleurs dirigé en concert Michaël Barenboim, Nicolas Dautricourt, Brigitte Engerer, Miguel-Angel Estrella, Philippe Jaroussky, Philippe Muller, Sarah Nemtanu, Xavier Phillips, Gérard Poulet.

Le portrait d’Aurélien ne serait pas complet si l’on omettait ses grandes qualités de pédagogue pour lesquelles il est nationalement et internationalement reconnu et dont il aime faire profiter des scolaires et de jeunes musiciens : il a été Directeur musical et Chef de l’Orchestre Symphonique des jeunes en Ile de France et pendant plus de dix ans, Chef associé et Directeur musical des Orchestres de Jeunes Alfred Lœwenguth. Il fut nommé en 2009 professeur de direction d’orchestre à la Haute Ecole de Musique de Lausanne et, de 2008 à 2014, il fut Directeur musical de la Philharmonie du COGE (Chœurs et Orchestres des Grandes Ecoles).
Quelques concerts illustrent cette vocation pédagogique comme les concerts éducatifs autour de la symphonie classique de Prokofiev où il dirigea l’Orchestre de chambre de Paris ou le « Concert famille » avec l’orchestre National de Bordeaux Aquitaine et, pour solistes, Vladimir, Sarah et Déborah Nemtanu dans un programme autour du concerto pour 3 violons en si bémol majeur de Vivaldi et du concerto pour 2 violons en ré mineur BWV1043 de Bach. Avec l’Orchestre National de Lorraine, il est le chef régulièrement sollicité pour les projets pédagogiques avec, au dernier semestre 2015, une direction de l’orchestre pour Pierre et le loup de Prokofiev et Le retour du loup d’Alexandros Markeas et, à cette occasion, l’animation d’ateliers participatifs de 45 minutes autour du métier de chef d’orchestre. Le « Cabaret interdit » peut entrer dans ce domaine puisque la création, s’est faite avec la participation d’une classe de primaire au concert et la construction d’un avant-concert.

Pour en arriver à développer, avec talent, tant de champs artistiques, Aurélien Azan Zielinski s’est consacré, très jeune et avec succès, à la musique dans de multiples domaines (piano, violon, harmonie, analyse, orchestration et direction d’orchestre) avant d’obtenir à 23 ans son Prix de Direction d’Orchestre du CNSMD de Paris.
Il a étudié le Grand Répertoire auprès de Janos Fürst, Jorma Panula et s’est perfectionné pour le Répertoire Contemporain auprès de Zolt Nagy, David Robertson et Pascal Rophé.

Avant d’être lauréat du concours « Talents Chefs d’Orchestre 2012 » de l’Adami, il fut primé à l’audition « jeune chef » à l’Orchestre Lamoureux en 2007 et finaliste au concours de « chef assistant » à l’Orchestre National de Montpellier en 2010.