Logo_OSB

Benoit Menut

( - )

Benoît MENUT, compositeur né à Brest en 1977

La musique de Benoît Menut, lyrique et structurée, ne se refuse aucune rencontre stylistique. Il conçoit son art comme « de l’énergie en sons portée par du sens ». Ses œuvres sont jouées dans divers festivals et saisons musicales (Les Flâneries Musicales de Reims, le Musée d’Orsay, La Chaise-Dieu, Opéra de Rennes, Opéra de Saint-Étienne, Biennale d’art vocal de la cité de la musique, Festival contemporain de Vienne, Festival de chœur d’Arezzo,…). Son premier disque monographique, enregistré par l’Ensemble Accroche Note, sous le label Sonogramme, a été salué par la critique.

Il écrit pour de nombreux ensembles vocaux reconnus (Cris de Paris, Chœur Britten, Mikrokosmos, Maîtrise de Notre-Dame de Paris, Maîtrise de Radio-France…) ainsi que pour Ophélie Gaillard, Jean Ferrandis, Patrick Langot, Stéphanie Moraly, Christophe Beau, Lise Berthaud, le Quatuor Stanislas, l’Ensemble Calioppée, l’Ensemble Hélios, le Trio Karénine…). Dans le domaine orchestral, il travaille avec l’Orchestre de Bretagne, des Pays de Savoie, de l’Opéra de Saint-Etienne… Il met aussi en musique de nombreux auteurs, poètes tels que Jacques Roubaud, Dominique Lambert, Christian Bobin, Pascal Quignard… Ce lien avec les mots tient une place primordiale dans son travail.

Benoît Menut est lauréat du Grand Prix SACEM 2016 de la musique symphonique – catégorie jeune compositeur, de la fondation Banque Populaire (2008) ainsi que du prix SACEM de la fondation Francis et Mica Salabert (2014). Il fut résident à l’abbaye de La Prée de 2007 à 2009, et est directeur artistique de l’ensemble « XXI ème Parallèle » et du Festival de musique de chambre « Autour du Ventoux ».

Compositeur associé à l’Orchestre Symphonique de Bretagne de 2014 à 2018 il y écrit entre autre Symphonie pour une Plume créée à l’opéra de Rennes et au Théâtre de Cornouaille en décembre 2016. Pour la saison 2017-2018 il s’attelle entre autre à son premier opéra, Fando et Lis, commande de l’Opéra de Saint-Etienne d’après la pièce de Fernando Arrabal