Logo_OSB

Canticle to the Evening Sun d’après Liu Tianjun

(1979 - )

Directeur musical de l’Orchestre symphonique de Bretagne de 2011 à 2015, le chef d’orchestre singapourien Darrell Ang a étudié non seulement, le violon, le piano, mais aussi la composition. Il nous présente son œuvre qui a été créée le 7 septembre 2018, à Chengdu, par l’Orchestre symphonique du Sichuan dont Darrell Ang est le directeur musical.

 

Le public vous connaît avant tout comme chef d’orchestre. Que représente la composition dans votre vie de musicien ?

J’ai débuté ma carrière en tant que compositeur. Puis la direction d’orchestre s’est imposée et a pris tellement de place dans ma vie, que j’ai dû m’éloigner de l’écriture. Il existe encore des périodes – rares, il est vrai comme un week-end – où je prends le temps de composer !

 

Revendiquez-vous des influences musicales qui marquent vos propres partitions ?

Assurément. La musique populaire chinoise, par exemple, mais aussi des compositeurs tels que Debussy, Ravel, Stravinsky, Bartok et Moussorgski. Ils font partie de ces sources qui m’ont influencé.

 

Que représente votre pièce Canticle to the Evening Sun dans le catalogue de vos œuvres ?

Canticle to the Evening Sun marque certainement un tournant dans mon style d’écriture. En effet, je reviens à la composition orchestrale et symphonique pure, dans une démarche qu’on pourrait qualifier de postromantique.

 

Expliquez-nous le titre et la genèse de l’œuvre…

Liu Tianhua (1895-1932) fut un célèbre joueur d’erhu et pédagogue chinois [l’erhu est un violon chinois à deux cordes, inventé il y a plus de mille ans, ndlr.]. Tianhua a composé une mélodie  – Belle nuit – pour son instrument. Tous les chinois la connaissent. J’en ai emprunté le thème que j’ai développé dans une pièce brève pour orchestre. Il ne s’agit pas d’une musique à programme. J’ai eu simplement l’envie d’exprimer la beauté des couleurs et du son.

 

Quelle est la structure de la partition ?

La partition est en un seul mouvement divisé en trois parties. Dans la première, la mélodie principale est légèrement développée aux cordes et bois. Une section centrale met en valeur le second thème de la mélodie, qui est porté par une atmosphère plus vive. Enfin, la dernière partie reprend le premier thème en pleine lumière.

 

A voir, le site de Darrell Ang

darrellang.net