Helen Kearns

Helen Kearns a fait ses études musicales à la Royal Irish Academy of Music de Dublin, sa ville natale, où elle a été l’élève de Dierdre Grier Delanely et d’Irene Standford après avoir travaillé avec Daniel et Ann Mc Nulty. Elle s’est perfectionnée auprès de Viorica Cortez, Aneta Pavalache, Montserrat Caballé et Ann Murray. Elle a aussi étudié avec José Van Dam qui l’a invitée à travailler à l’Opéra-studio de La Monnaie/ Chapelle musicale Reine Elizabeth à Bruxelles. Remarquée par Placido Domingo, elle est invitée à chanter Suzanna des Noces de Figaro de Mozart dans une mise en scène de Ruggero Raimondi au Palais des Arts de Valence (Espagne) où elle interprète ensuite, deux saisons durant, les rôles de Naïade (Ariane à Naxos de Strauss) sous la direction d’Andrew Davies, Pamina (La Flûte enchantée de Mozart), Gilda (Rigoletto de Verdi) et Didon (Didon et Enée de Purcell). Parallèlement, elle fait en 2006/2007 ses débuts à l’Opéra de Rennes, ainsi que de Nantes et Angers, dans le rôle de Miriam de Golem, opéra de John Casken (création française) avec l’ensemble Ars Nova.
Helen Kearns a remporté tous les principaux concours d’Irlande, notamment sept Feis Ceoil , mais aussi le premier prix des Belfast Classical Bursaries. Elle a été sélectionnée pour représenter l’Irlande au prestigieux concours BBC Cardiff Singer of the World où elle se voit remettre la bourse Annie Shankey. Elle a obtenu à Vienne le premier prix du concours international de chant Klassik-Mania ainsi que le prix spécial du jury du concours de Marmande.
Helen Kearns mène aujourd’hui une carrière internationale qui la conduit à alterner, avec succès, la scène lyrique, les récitals et les concerts avec orchestre. Elle s’est produite avec le London Chamber Orchestra (direction Christopher Warren-Green) à Londres, avec l’Orchestre de chambre de Wallonie à l’Auditorium de Lyon et au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, avec l’Orchestre National de Belgique dans la Neuvième Symphonie de Beethoven, avec l’Orchestre National du Luxembourg, l’Orchestre Philharmonique de Marseille, l’Orchestre Symphonique de Bretagne, l’Orchestre Philharmonique de Cracovie, le Sinfonia Varsovia dans le Stabat Mater de Pergolèse et le Requiem de Mozart, le RTE National Symphony Orchestra (Dublin).
On a pu l’entendre aussi à Paris, à Nohant, aux festivals de Menton, de Pornic ou des Musiques au pays de Pierre Loti ; à Budapest, Bergen, Pise, Sienne, Milan, Berlin, Cologne, au Japon comme au Brésil où elle effectue en 2004 une tournée couronnée par l’immense succès que remporte à Rio de Janeiro, dans la salle Cecilia Meireles, son interprétation de la Bachiana Brasileira n° 5 de Villa-Lobos. Réinvitée en 2005, elle y interprète, entre autres, la cantate Lucrezia de Haendel ainsi que les Sept Chansons populaires espagnoles de Manuel de Falla.
Elle a chanté récemment les quatre derniers lieder de Strauss, la Bacchiana Brasiliera n° 5 de Villa-Lobos avec les violoncelles de l’Orchestre National de Lyon, Les Illuminations, cycle de mélodies, op. 18 de Benjamin Britten, l’aria de concert de Mozart Ch’io mi scordi di te avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne. Sa voix riche, puissante, aux couleurs infinies, d’une souplesse et d’une délicatesse rares, lui permet d’aborder un répertoire particulièrement large, des cantates de J.S.Bach aux compositeurs contemporains. Dans cet ensemble, la mélodie française (Gounod, Fauré, Duparc, Debussy, Poulenc, ou encore les Chants d’Auvergne de Canteloube sous la direction de Pascal Rophé) occupe une place de choix. Elle a enregistré pour Naxos un album consacré à William Perry.
Helen Kearns forme, depuis 2002, avec François Dumont un duo particulièrement remarqué pour sa musicalité.