Logo_OSB

Alam Akhar : musique !

Les classes allophones du projet Alam Akhar ("Un autre monde") sont passées à l'étape suivante ! Après avoir achevés les différents contes qui servent de base à ce projet, il s'agit de les mettre en musique. Ce jeudi 16 janvier 2020, c'était au tour des collèges Anne de Bretagne et des Hautes Ourmes d'être accueillis dans les locaux du conservatoire de Rennes pour s'y atteler.

Climène Zarkan, la chanteuse et instrumentiste franco-syrienne chargée de les accompagner dans ce travail, a été rejointe par le guitariste Baptiste Ferrandis (son compère dans le groupe "Saräb"). Échauffement de la voix et du corps, retour sur une chanson traditionnelle arabe précédemment travaillée, et vint le temps de parler du rapport entre le conte et la musique. Sur la base du conte traditionnel du "Petit chaperon rouge", les deux musiciens ont exposé aux enfants la façon de prêter une intention à un personnage et de la retranscrire en musique afin de lui offrir un thème reconnaissable. Par un travail sur les émotions, sur le rythme, sur le mode de chant (parlé, déclamé, chanté, rapé, tutti...), sur les nuances, les personnages du petit chaperon rouge, du loup, de la grand mère et du chasseur ont petit à petit pris épaisseur et identité.

Un mode de travail ensuite appliqué à leurs propres contes : sans encore s'engager dans un réel travail de création musicale, les jeunes élèves ont pu s'interroger sur la façon dont ils pourraient donner un corps musical à leurs personnages et à leurs aventures. Alors que ce second protagoniste entre en scène, la musique sera-t-elle triste, joyeuse ? Faut-il inclure un crescendo ? Quel rythme applique-t-on ? Autant de questions qu'ils ont pu se poser pour que la musique restitue fidèlement leur histoire.

L'atelier s'est achevé pour ces groupes par un temps de découverte des instruments à disposition, notamment des percussions. La pratique musicale déjà bien présente de plusieurs d'entre eux a pu se ressentir par la spontanéité avec laquelle ils se sont dirigés vers ces instruments, et l'aisance avec laquelle ils les ont pris en main. Un signe favorable de plus - s'il en fallait encore - pour la dernière phase de création du projet qui se tiendra en mars et avril : pour la mise en musique à proprement parler, les élèves seront rejoints, outre par Climène Zarkan et Baptiste Ferrandis, par plusieurs musiciens de l'Orchestre, ainsi que par des percussionnistes de la Philharmonie de Paris, nouveaux collaborateurs d'Alam Akhar. Ceux-ci apportent avec eux une multitude de percussions traditionnelles arabes, lesquelles seront mises entre les mains des groupes afin de leur permettre, outre d'avoir été les créateurs de ces contes musicaux, d'en être les premiers interprètes.